Passer au menu Passer au contenu
Retour à l'accueil de la plateforme

Culture et numérique

Du 25 octobre Au 28 février

Le numérique nécessite une réflexion importante dans les secteurs de la culture et des communications. La dématérialisation des biens culturels s’accompagne d’une expansion et d’une accélération de l’offre, de même que d’une concurrence accrue dans un marché désormais mondial.

L’augmentation de la popularité des fournisseurs de contenus culturels tels que les plateformes de diffusion en ligne (Netflix, Spotify, YouTube, etc.) bouscule l’ensemble de la chaîne de valeur en culture et oblige à repenser les rôles et la place de chacune de ses composantes. Sans compter que les revenus publicitaires se déplacent de plus en plus vers le numérique et rapportent principalement aux grands conglomérats étrangers.

Pour le public, ce nouvel environnement favorise la production de contenus amateurs ainsi que l’émergence de nouveaux modes d’accès à la culture et à l’information.

De plus, l’omniprésence des plateformes et des divers services en ligne permet une diffusion plus large des contenus, mais pose d’importants défis concernant leur découvrabilité, la gestion des droits d’auteur et la juste rémunération des créateurs.

Enfin, l’ensemble du réseau de la culture et des communications est confronté à la mise en place de nouveaux modèles d’affaires dans lesquels les grandes plateformes profitent en majeure partie de la valeur des biens culturels et de l’information qu’elles diffusent. Ces modèles forcent une remise en question des modèles économiques traditionnels des secteurs concernés et une réflexion sur les voies à emprunter afin de les actualiser.

Enjeux

  • La modernisation des modèles économiques traditionnels en culture et en communication, puisque ces derniers ne sont plus en mesure d’assurer une juste rémunération des créateurs.
  • La visibilité et la découvrabilité des contenus francophones dans les marchés mondiaux, où la concurrence est très forte et l’offre surabondante.
  • La diversité culturelle de même que la vitalité de la culture québécoise et francophone.
  • Le maintien et l’augmentation des capacités de création et de production essentielles au dynamisme dans toutes les régions du Québec.
  • Le développement des compétences liées aux nouvelles pratiques numériques.

Chiffres clés

8 %

En 2015, la part des produits québécois dans les ventes d’enregistrements sonores était de 52 % pour les CD, de 30 % pour les albums numériques et de 8 % pour les pistes numériques.

Source

37,1 minutes

En 2015, les médias numériques sont devenus le principal moyen des Québécois pour s’informer, dépassant la télévision en termes de temps passé quotidiennement à s’informer (37,1 minutes comparativement à 30,7 minutes).

Source

55 %

Les dépenses des ménages québécois en produits d’accès à la culture sont plus élevées (55 % des dépenses culturelles totales) que celles en produits culturels (39 %) : en 2009, elles comptaient pour 55 % du total des dépenses culturelles, comparativement à 39 % pour les produits culturels.

Source

Selon vous, la culture québécoise est-elle assez présente sur le Web et les plateformes de diffusion populaire (p. ex. Netflix, Spotify, YouTube, etc.)?

Participez aux commentaires

Quels types de contenus québécois francophones, à votre avis, sont plus difficilement accessibles sur le Web?

Participez aux commentaires

Selon vous, à quoi renvoie la question de la visibilité et de la découvrabilité des contenus culturels?

Participez aux commentaires

Quel(s) rôle(s) l’État devrait-il jouer pour rendre plus visibles et accessibles les contenus québécois?

Participez aux commentaires

D’après vous, quelle devrait être la priorité du gouvernement en matière de culture et de communication?

Participez aux commentaires

Compte tenu des mutations imposées par les nouvelles pratiques numériques, quelles solutions devraient être envisagées pour repenser et adapter le modèle d’intervention de l’État?

Participez aux commentaires

Dans le contexte actuel imposé par le numérique, de quelle manière devrait-on utiliser des fonds supplémentaires destinés à la culture?

Participez aux commentaires

Comment serait-il possible de concilier un plus grand accès aux produits culturels des plateformes de recherche et de diffusion et une plus juste rémunération des créateurs?

Participez aux commentaires

Dans le contexte où divers accords de commerce internationaux sont négociés, jugez-vous que ceux-ci représentent une occasion ou une menace pour les produits culturels québécois à l’ère du numérique? Pourquoi?

Participez aux commentaires

Contribuez

Partagez ici vos réflexions.

300 caractères restants

Contributions (20)

Ariel Harlap
21 février 2017 15:10

I would like to see QC public funding incentivise open licensing of content to facilitate access, innovation and cultural remix of locally-created content. See https://creativecommons.org/share-your-work/public-domain/freeworks/ or https://freeculture.org/Free_culture_priorities

Simon Thibodeau (Culture Montréal)
23 janvier 2017 16:35

Pour Culture Montréal, il devient notamment impératif d’orienter l’action de l’État vers le soutien à la promotion des productions culturelles d’ici auprès du public québécois et à l’international (voir p.4-6 et 17-19 du document ci-joint).

Pablo Maneyrol
20 janvier 2017 15:04

Une réflexion collective est cruciale sur l’avenir des lieux de diffusion d’arts vivants. Captation HD ou réalité augmentée offrent des opportunités d’innovation mais aussi un risque fondamental pour les diffuseurs. Théâtres et salles de spectacle suivront-ils le même chemin que le cinéma et le CD ?

François Guindon
8 janvier 2017 14:35

La culture n'est ici présentée qu'en termes de productions culturelles et de leurs dimensions commerciales. Le Québec possède un riche patrimoine culturel (personnages historiques, patrimoine bâti, patrimoine archéologique, etc.). Ce patrimoine devrait être mis de l'avant par la stratégie numérique.

Caroline Copibec Copibec
23 décembre 2016 11:08

Le droit d'auteur n’est pas seulement une question juridique. Il est aussi la représentation du rôle de la culture dans une société, de la valeur que l’on attache à notre patrimoine culturel et au travail des auteurs, des créateurs et de leurs éditeurs.

Caroline Copibec Copibec
23 décembre 2016 11:08

Copibec rappelle que les industries et les artisans du milieu culturel participent pleinement à la vie économique et que la gestion collective a su s’adapter pour répondre aux nouvelles demandes des usagers, renforçant son rôle de facilitatrice entre utilisateurs et titulaires de droits.

Caroline Copibec Copibec
23 décembre 2016 11:06

Copibec a rédigé un mémoire dans le cadre du Renouvellement de la politique culturelle du Qc. On y retrouve des pistes de solutions qui marient accès aux œuvres & rémunération équitable des créateurs. N’oublions pas que le contenu participe à rendre nos appareils électroniques attrayants.

Eveline Favretti (ANEL)
22 décembre 2016 15:59

Ls Stratégie numérique devra oeuvrer à l'interopérabilité des formats afin d'instaurer un environnement numérique facilitant la distribution et la consommation du contenu culturel québécois.

Eveline Favretti (ANEL)
22 décembre 2016 10:24

Pour l'ANEL, l'enjeu des métadonnées est fondamental pour assurer une meilleure visibilité des livres québécois sur la Toile et pour mieux comprendre les habitudes de lecture des Québécois.